Hôtel Woodstock

Photo : Hôtel Woodstock

A l'occasion de sa sortie toute récente en DVD, retour sur un film sorti en 2009 à ne pas manquer : Hôtel Woodstock, d'Ang Lee.

Il est des cinéastes dont on reconnaît l’univers du premier coup d’œil. Et d’autres comme Ang Lee.

Quel est le point commun entre les combats épiques de Tigre et Dragon, l’histoire d’amour torturée du Secret de Brokeback Mountain, et la fraîcheur flower power de cet Hotel Woodstock ?

Difficile à dire. Si ce n’est peut-être que ce cinéaste n’est jamais vraiment là où on l’attend. Même à l’intérieur des sujets qu’il exploite, il réussit à surprendre.

Le secret de Brokeback Mountain était un western avec deux cow-boys, mais sans saloons, sans duels au soleil, et avec une romance homosexuelle comme point de départ.

Film Hôtel Woodstock

Hotel Woodstock est un film sur le festival de Woodstock… où l’on ne voit ni Jimi Hendrix, ni Joan Baez, ni Joe Cocker. C’est l’histoire d’un jeune homme qui se métamorphose à travers cet évènement.

Ce film s’inspire de l’histoire vraie d’Elliott Tiber. Ce jeune architecte d’intérieur, revenu vivre temporairement avec ses parents, leur donne un coup de main à l’hôtel où ils travaillent.

La famille se trouve en grande difficulté financière : les factures s’accumulent. Elliott entend parler d’un festival rock refusé par une ville voisine. Il se dit qu’organiser une grande manifestation musicale pourrait lui rapporter de quoi éponger ses dettes.

Il contacte les producteurs, leur propose un terrain… Les discussions sont délicates, mais un accord finit par être trouvé… La suite, on la connaît.

Hotel Woodstock se place donc dans le regard de ce personnage. S’il n’aura pas le temps d’assister à des concerts, Elliott profitera de l’esprit « sexe, drogue, rock n’roll » de Woodstock, à travers toute une série de rencontres.

Il n’est donc pas ici vraiment question de musique, mais plutôt d’un mouvement porté par toute une génération.

Si les revendications étaient en partie politiques, elles n’étaient pas basées que sur la contestation, également sur un certain hédonisme : la musique, la liberté, l’amour sous toutes ses formes.

Loin de suggérer que « c’était mieux avant », la force du film est d’appeler à retrouver cette énergie et cette foi qui peuvent aujourd’hui paraître perdues.

La mise en scène d’Ang Lee est une nouvelle fois totalement adaptée à son sujet. L’élan de l’esprit Woodstock est donné par des mouvements de caméras dynamique, riche en effets visuels inventifs.

La direction d’acteurs est au diapason, les personnages sont incarnés de manière loufoques, et regardés avec ce mélange d’ironie et d’innocence bien propre à la jeunesse.

Il ne manquerait pas grand-chose à ce film pour être un vrai petit bijou, probablement d’être porté par une narration un peu plus punchy, avec moins de temps de suspension.

Mais ils ne sont pas fréquents, les films qui donnent envie de les vivre.

Je m’explique : si je vous demande quel film vous a fasciné, fait pleurer, fait frémir, fait rire, vous aurez immédiatement plein de réponses en tête.

Mais celui que vous aimeriez vivre, quel est t-il ? Pas simple … si les oeuvres qui veulent bousculer et choquer sont fréquentes, celles animées d’une réelle énergie positive sont assez rares.

En voici une.

Partagez à fond les horizons :
Pinterest
Auteur : Ilan Malka

Journaliste et chroniqueur Le Mouv' @ Radio France

Facebook 

Blogueur ? Auteur ? Rejoignez la rédaction !


Et aussi ...

J'ai tué ma mère
Comment est ce possible de s'apercevoir petit à petit en grandissant qu'un gouffre sépare lamentablement sa mère d'un fils ? Les non-dits, la peur de ne plus être à la hauteur, la peur de décevoir, permettent à Hubert de porter...

Les nuits de la pleine lune
Il y a un peu plus d’un mois, le cinéma français perdait l'un de ses plus grands noms : Eric Rohmer. L'occasion de revenir en quelques mots sur ce grand réalisateur, à travers l'un des films les plus emblématiques de sa carrière : Les nuits de la pleine lune, sorti en 1984. Louise (Pascale Ogier) est une fille toute en paradoxes : elle aime son compagnon, Rémi (Tcheky Karyo), m...

Première page web
La première page web, c'était en 1991. Et ça consistait simplement à présenter la syntaxe du HTML et des hyperliens ... Cette première page web a été créée en 1991 par Tim Berners-Lee sous la forme d'un ensemble de fichier...

Ajoutez votre avis !

3 avis éclairés

Septieme 

J'ai vraiment apprécié ce film parce qu'Ang Lee l'aborde d'une façon très intéressante : alors qu'il aurait pu se focaliser sur la musique, il choisit de retranscrir les évènements qui ont fait que ce festival soit devenu mythique !

YpHrcUjjCMGM 

je connais et je joue a un jeu : dlaeer, la guerre des gang, ( dlaeer-lejeu.com )but du jeu ? Bienvenue dans votre nouvelle peau, celle d'un homme sans morale.Pour vivre, vous irez de ville en ville acheter et revendre des paquets de drogues, re9alisant la plus grosse plus-value possible.Bientf4t vous serez amene9 e0 voler les autres dlaeers, bientf4t vous devrez tuer pour ne pas eatre tue9s.Dans cette lutte d'influence, rares seront ceux qui re9ussiront seuls. Sans allie9s de confiance, peut-on survivre e0 la guerre des gangs ? pourtant, je ne fume pas, je ne me drogue pas.. alors que je suis au dernier niveau de ce jeu

Bcpdefilm 

J'ai vraiment adorer la prestation de Emile Hirsch dans ce film, je recommande à tout le monde de le voir et de le revoir. Une comédie dramatique qui peut jongler facilement entre le rire et le drame est très rare.

Autres trucs à lire :

– Gratte moi, my friend La guitare au bout des doigts !
– Vélo, rétro, écolo Vélos rétro : Boulon de Culture
– Et pomme d'api ? Tapis Rouge by Gaëlle Villedary
– Le blog Inkulte par Walter

NEWSLETTER FOR EVER !

©2006-2021 JeudiPhoto.net le blog lifestyle de Simon Tripnaux Content Manager, créateur du hashtag #JeudiPhoto et soutien de #CotedAzurFrance

Consultant SEO à Nice - Cannes - Monaco - 06 56 84 42 53